le monde sera beau
Ce blog se veut être une recherche d'articles de presse et de vidéos de gauche.

Blogs et sites préférés

· 94 citoyens
· a gauche pour de vrai
· ami jacques tourtaux
· amis Robespierre
· anicet le pors
· Annuaire Gratuit
· azo
· Bernard Dupin
· blog André Chassaigne
· blog astouric

Voir plus


manif
front-de-gauche
front-de-gauche.jpg
Rechercher
Derniers commentaires

sans vouloir créer de polémique, tu as le droit d'exprimer tes idées, c'est quoi la 6 eme république par rappo
Par chez-mcm-collec, le 18.09.2014

de rienhttp://and renicolas.cent erblog.net
Par andrenicolas, le 27.08.2014

merci ;-)
Par Joseph Korda, le 27.08.2014

oui joseph elle le fait pas depuis longtempshttp: //andrenicolas .centerblog.ne t
Par andrenicolas, le 27.08.2014

tu veux dire que c'est l'huma dimanche qui transmet elle-même sa une le mercredi?
Par Joseph+Korda, le 27.08.2014

Voir plus

Articles les plus lus

· la une du canard enchainé du 22 août 2012
· La Banque centrale européenne bloquée par les Indignés
· Non à tout hommage officiel au général Bigeard
· Un musée « nostrum » pour Marseille
· Québec : Tous nus dans la rue! contre les frais de scolarité

· Ainsi squattent-il dans les entrailles des squats
· Décès de Patrick Edlinger, figure marquante de l'escalade
· blog melenchon
· la une du canard enchainé du 18 mai 2011
· Le parcours si singulier de Daniel Cordier
· Vous avez signé la pétition en solidarité avec la grece
· article du canard enchainé
· cgt dcns toulon
· Roxane Decorte (UMP) doit démissionner (Ian Brossat)
· Une signature citoyenne : le droit aux soins pour tous

Voir plus 

Statistiques

Date de création : 31.03.2011
Dernière mise à jour : 23.09.2014
13129articles


Odette-et-son-chien
Odette-et-son-chien.jpg
022
022.jpg
bastille
bastille.jpg
Images
toulon
Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Abeilles (2)
· Abjection (2)
· Accidents (4)
· Accord (16)
· Acharnement (3)
· Actions Militantes (10)
· Affaires (53)
· Afghanistan (13)
· Afrique (135)
· Afrique du nord (17)
· Afrique du Sud (6)
· Agriculture (30)
· Air France (2)
· Algérie (31)
· Alimentation (18)
· Allemagne (10)
· Amérique centrale (10)
· Amérique du Sud (26)
· Amiante (13)
· Amnesty International (1)
· Amnistie (5)
· Angela Davis (4)
· Aragon (2)
· Architecture (1)
· Argentine (1)
· Arnaque (1)
· Asie (9)
· Asile Politique (1)
· Assassinats, meurtres (16)
· Assemblée nationale (50)
· Assises (3)
· Astronomie (1)
· Attentats (12)
· Austérité (169)
· Autoroutes (1)
· Avocats (2)
· Banditisme (2)
· Bangladesh (2)
· Banlieues (9)
· Banques (32)
· Bavures (3)
· Belgique (11)
· Bibliothèques (5)
· Bolivie (2)
· Bourgeoisie (17)
· Braderie (1)
· Brésil (6)
· Bruxelles (6)
· Budget (9)
· Bulgarie (1)
· Campagne électorale (53)
· Canada (1)
· Capital (51)
· Catastrophe (1)
· Catastrophes naturelles (7)
· Centrafrique (20)
· CGT (155)
· Changement (15)
· Changer le monde (5)
· Cheminots (27)
· Chili (6)
· Chine (16)
· Chômage (47)
· Cinéma (25)
· Citoyenneté (3)
· Clémentine (1)
· Climat (3)
· Colères (1)
· Commerce (4)
· Commune de Paris (3)
· Communication (5)
· Concurrence (12)
· Conditions de travail (1)
· Conflit social (165)
· Conscience de classe (9)
· Conseil Constitutionnel (0)
· Conseil d'Etat (2)
· Consommation (1)
· Construction Navale (1)
· Contestations (22)
· Contraception (4)
· Contre le fascisme (28)
· Contrôle (18)
· Corse (2)
· Cour des comptes (2)
· Crimée (12)
· Crise (49)
· Croissance (1)
· Cuba (7)
· Culture (379)
· Cyclisme (6)
· Cynisme (14)
· Décentralisation (9)
· Décès (33)
· Déculottée (4)
· Délinquances (7)
· Délocalisations (4)
· Démagogie (18)
· Démission (6)
· Démocratie (41)
· Dénonciations (4)
· Désaccords (19)
· Diplomatie (3)
· Disparition (35)
· Dividendes (3)
· Documentaire (2)
· Drogues (10)
· Droit de vote (2)
· Droit du travail (43)
· Droits de l'homme (2)
· Duplicité (6)
· Eau bien commun service public (4)
· Ebola (1)
· Echec (12)
· Ecole (8)
· Ecologie (59)
· Economie (93)
· Education Nationale (61)
· Effet boule de neige (3)
· Egalité (11)
· Egypte (55)
· Elections (80)
· Elysée (5)
· Embargo (2)
· Emeutes (2)
· Emplois (99)
· Energie (20)
· Enfants (10)
· Enfumage (131)
· Equateur (1)
· Esclavage (5)
· Espagne (68)
· Espionnage (1)
· Espoir (14)
· Etats Unis (115)
· Etrangers (7)
· Europe (92)
· Evasion fiscale (3)
· Exploitation (9)
· Expulsion (20)
· Extrême droite (3)
· Faillite (9)
· Faits divers (28)
· Famille (9)
· Fascisme (21)
· Favoritisme pour les patrons (21)
· Femmes (63)
· Fermetures (4)
· Fête (87)
· Finance (69)
· Fiscalité (23)
· FMI (2)
· Fonctionnaires (9)
· Foot (7)
· Fraternité (5)
· Fraudes (48)
· Front Populaire (7)
· Gauche (19)
· Gauche africaine (1)
· Gaza (155)
· Génocide (10)
· Gouvernement PS (77)
· Grande Bretagne (3)
· Gratuité (3)
· Grèce (98)
· Grève (57)
· Guerre (24)
· Haine (1)
· Handicap (7)
· Harcèlement (6)
· HD (53)
· Hislamophobie (1)
· Histoire (15)
· Hold Up (1)
· Hommage (22)
· Homophobie (12)
· Honneur (17)
· Hôpital (24)
· Humour (28)
· Hygiène (1)
· Hypocrisie (10)
· Idéologie (12)
· Ignominie (11)
· Impôts (12)
· Impressionisme (4)
· Inde (9)
· Indignés (28)
· Industries (16)
· Inégalités (11)
· Informations (1)
· Injustice (11)
· Inondations (4)
· Intégristes (12)
· Intermittents (9)
· International (19)
· Internet (33)
· Irak (15)
· Iran (5)
· Israël (29)
· Italie (28)
· Janus (2)
· Jaurès (5)
· Jean Ferrat (3)
· Jean Luc Melenchon (238)
· Jeunes (39)
· Jeunes communistes (20)
· Jeux (1)
· Journalisme (37)
· Justice (94)
· Kiev (8)
· Kurdes (2)
· L'écologie (4)
· L'europe (11)
· L'humanité (598)
· La gauche antilibérale (12)
· La lutte des classes (2)
· La Marseillaise (245)
· La Navale (7)
· La Poste (6)
· La presse (53)
· La réunion (8)
· La Seyne sur Mer (9)
· Laïcité (2)
· Larbins journalistes (2)
· Le canard (85)
· Le droit au chapitre (8)
· Le Front de gauche (285)
· Le Front Populaire (9)
· Le parti communiste (177)
· Le travail seule source de richesses (2)
· Lectures (6)
· Les luttes (28)
· Liban (2)
· Libéralisme (5)
· Libération des femmes (35)
· Libertés (71)
· Librairies (2)
· Licenciements (14)
· Littérature (1)
· Logement (36)
· Logiciel libre et gratuit (2)
· Lois (1)
· Lybie (1)
· Magistrats (2)
· Mali (6)
· Maltraitance (1)
· Mandela (4)
· Manifestations (83)
· Manipulations (28)
· Marche (3)
· Marine (17)
· Maroc (4)
· Marseille (15)
· Marwan Barghouti (1)
· Marxisme (3)
· Maternité (2)
· Mayotte (4)
· MEDEF (1)
· Médicaments (3)
· Mémoire (61)
· Mensonges (20)
· Métro (2)
· Migrants (10)
· Militants (1)
· Mineurs (2)
· Misère (12)
· Mode (2)
· Municipales (36)
· Musiques (48)
· Mutualité (2)
· Nationalisation (8)
· Nature (4)
· Nazisme (11)
· Négociations (2)
· Négociations de paix (3)
· Nouvelle Calédonie (1)
· Nucléaire (15)
· O.N.U (3)
· Orient (19)
· Otages (18)
· Ouvriers (7)
· Paix (13)
· Pakistan (3)
· Palestine (113)
· Panthéon (1)
· Paradis Fiscaux (2)
· Paris (1)
· Parlement (9)
· Patronat (11)
· Patrons (2)
· Pauvreté (78)
· Peintures (167)
· Pétrole (3)
· Philosophie (6)
· Photos (66)
· Pierre Laurent (58)
· Politique (85)
· Pollution (22)
· Populisme (4)
· Portugal (1)
· Pour le changement (9)
· Pouvoir (1)
· Pouvoir d'achat (13)
· Précarité (7)
· Prisons (4)
· Privatisation (2)
· Prix (20)
· Procédures (2)
· Productions (1)
· Racisme (36)
· Rapaces (6)
· Rassemblement (3)
· Recession (13)
· Recherche (12)
· Réformes (3)
· Regression (1)
· Religions (26)
· Renseignements (3)
· Rentabilité (2)
· Répression (5)
· République (3)
· Résistance (63)
· Responsabilité (4)
· Retraites (45)
· Revendications (12)
· Révolution (33)
· Robespierre (1)
· Rom (31)
· Russie (25)
· Sahara (2)
· Salaires (34)
· Salariés (18)
· Sans domicile fixe (2)
· Sans papiers (21)
· Santé (78)
· Scolarité (2)
· Sécurité sociale (32)
· Sénat (9)
· Services publics (3)
· Sidérurgie (1)
· SMIC (4)
· SNCF (25)
· SNIASS (2)
· Sociale (29)
· Société (23)
· Solidarité (51)
· Sondages (8)
· Spéculation (15)
· Sport (170)
· Suicide (33)
· Sureté (6)
· Syndicats (66)
· Syrie (125)
· Tarifs (2)
· Taxes (2)
· Telecom (8)
· Téléphonie (2)
· Television (2)
· Tempete (3)
· Terrorisme (13)
· Tortures (8)
· Toulon (41)
· Trahison (12)
· Traité (58)
· Transports (22)
· Travail (5)
· Tristesse (4)
· Tromperies (32)
· Tunisie (38)
· Turquie (31)
· Ukraine (43)
· Union (1)
· Université (2)
· Urgence (2)
· Vacanciers (1)
· Var (4)
· Venezuela (61)
· Vente d'armes (1)
· Vietnam (13)
· Violences (11)
· Xénophobie (23)

Course à Sainte Anastasie
le monde sera beau
la-banderolle-unitaire
la-banderolle-unitaire.jpg
Thèmes

amis annonce article belle blog bonne cadre canard centerblog chez création divers

Les femmes de chambre victorieuses

Publié le 23/09/2014 à 23:48 par andrenicolas Tags : pcf frontdegauche solidarité partagedesrichesses FrontPopulaire
Les femmes de chambre victorieuses

Défilé de femmes de chambre du Hyatt sous le signe de la victoire, après avoir obtenu de fortes hausses de salaire

Edgard Degas

Publié le 23/09/2014 à 23:37 par andrenicolas Tags : pcf frontdegauche solidarité partagedesrichesses FrontPopulaire
Edgard Degas

Portrait

Dang Can Painter

Publié le 23/09/2014 à 23:35 par andrenicolas Tags : pcf frontdegauche solidarité partagedesrichesses FrontPopulaire
Dang Can Painter

Trois soeurs

Niki de Saint Phalle, grande artiste et sacrée nana

Publié le 23/09/2014 à 23:33 par andrenicolas Tags : frontpopulaire partagedesrichesses solidarité frontdegauche pcf
Niki de Saint Phalle, grande artiste et sacrée nana
La rétrospective au Grand Palais, à Paris, de celle qui tirait sur la bêtise, le racisme, le fanatisme religieux, féministe en actes dans son art, est l’événement de la rentrée.

Niki de Saint Phalle a-t-elle été la victime de son succès ? D’une certaine manière, oui. Ses grosses nanas colorées, les bouches, les cœurs et les serpents de la fontaine Stravinsky tout à côté du Centre Pompidou, réalisée avec Jean Tinguely, son parc des tarots en Toscane font désormais partie de nos paysages intérieurs. Mais ces œuvres devenues familières semblent s’être assagies. L’exceptionnelle rétrospective de son œuvre au Grand Palais à Paris, orchestrée par Camille Morineau avec le concours de sa biographe Catherine Francblin, fait revivre la figure d’une artiste majeure du XXe siècle, dans toute sa rage, sa violence insurrectionnelle, son féminisme en actes, son rejet total du racisme, de l’apartheid, de la domination patriarcale, de certaines formes de la politique américaine incarnée à la fin de sa vie par George Bush… Niki de Saint Phalle a mis au monde, c’est bien le terme qui convient à celle qui disait «si je ne créais pas il faudrait que je sois enceinte tous les neuf mois», une œuvre protéiforme, allant de ses «tirs» des années 1960 à ses grandes sculptures-habitations dans l’espace public, mais il faut bien en mesurer la force à l’aune de ses propos, prononcés avec assurance, en toute clarté: «J’ai eu la chance de rencontrer l’art parce que j’avais, sur le plan psychique, tout ce qu’il faut pour devenir une terroriste. Au lieu de cela, j’ai utilisé le fusil pour une bonne cause, celle de l’art.» Ou ceci, avec au moins la même force que le «famille je vous hais de Gide», ou la même audace iconoclaste que dans Vipère au poing : «Je ne vous ressemblerai pas, ma mère. Vous aviez accepté ce qui avait été transmis par vos parents : la religion, les rôles masculin et féminin, vos idées sur la société et la sécurité.»

Son offensive artistique ce sera les «tirs», vite médiatisés

Question transmission pourtant Niki de Saint Phalle a, si l’on peut dire, une hérédité chargée. Elle naît en 1930 à Neuilly-sur-Seine. La famille Saint Phalle se flatte d’une noblesse très ancienne. Les parents de Catherine Marie-Agnès qui sera donc surnommée Niki s’installent à la même époque à New York. Ils sont fortunés, catholiques, antifascistes. La part sombre c’est l’inceste commis par son père que Niki ne révélera que dans ses dernières années, en particulier dans un film expérimental intitulé Daddy avec le réalisateur Peter Whitehead. On voudra voir parfois, là, une explication de son œuvre. C’est évidemment réducteur. S’il est assez vraisemblable que sa vision de la domination masculine dans la société a pu en être aiguisée, en réalité, la jeune femme qui s’installe en France dès 1952 après une brève carrière de mannequin et a choisi la peinture va s’inscrire d’emblée dans les courants les plus novateurs de la période. Elle regarde du côté de Jackson Pollock, de Jean Dubuffet. Elle rencontre très vite Daniel Spoerri, Jean Tinguely qui sera son compagnon après un premier mariage avec un écrivain d’avant-garde lié au courant de l’Oulipo et aux figures de Raymond Queneau et Georges Perec. Puis tous ceux que le critique Jean Restany nommera les Nouveaux Réalistes, mais aussi les Américains Robert Rauschenberg, l’inventeur des Combines qui incluent des objets dans la peinture, ou Jaspers Johns, parfois qualifiés de néodadas. En 1961, son offensive artistique ce sera les «tirs», vite médiatisés. Elle choisit, avec la complicité active de ses amis et compagnons, de faire feu sur des «toiles» composées de poches de peinture, souvent recouvertes de blanc. Sur quoi tire-t-elle ? Elle dresse elle-même une liste impressionnante de cibles, dont peut-être elle même, dit-elle: l’injustice, la misère, la torture, le racisme, la bêtise, le fanatisme religieux, la drogue dure… Au total quatre-vingt-quatre cibles qui sont une forme de programme politique et si l’on peut dire d’hygiène de vie dont elle ne se départira jamais. En 1961, elle réalise un autel sinistre, avec armes, chauves-souris, serpents baptisés OAS, Œuvre d’art sacré mais qui, bien sûr, renvoie au terrorisme des poseurs de bombes de l’Algérie française. Plus tard, consciente du poids de toutes les discriminations, de l’oppression blanche et masculine sur les consciences, elle dira?: «Si les Noirs et les femmes s’unissaient, ils feraient des merveilles.» Lectrice du Deuxième Sexe, de Simone de Beauvoir, elle est en quelque sorte à l’avant-garde du féminisme sans pour autant se rattacher aux mouvements qui vont naître. L’art est bien son arme. Les Nanas, qu’elle commence à fabriquer au milieu des années 1960 sont à lire dans ce parcours. Il s’agit d’abord de mariées, d’accouchées aux robes couvertes d’engins de guerre miniatures, de jouets d’enfant. Les grosses Nanas vont suivre qui ne sont pas sans rappeler les statuettes de femmes telles la Vénus de Lespugue datée de quelque vingt-cinq mille ans. Il s’agit là, pour cette femme mince, élégante, jouant et se jouant de la mode et de son image à certains moments glamour, à d’autres relâchée, de donner corps à une image, de la femme au-delà des préjugés esthétiques, d’installer dans le monde des images de femmes dans une véritable plénitude des formes et de la présence, créatrices de vie. C’est peu dire qu’elle a réussi. Ses Nanas sont devenues des archétypes. Niki de Saint Phalle est morte en 2002, des suites d’une insuffisance respiratoire chronique.

Maurice Ulrich
Mardi, 16 Septembre, 2014

Italie

Publié le 23/09/2014 à 23:16 par andrenicolas Tags : pcf frontdegauche solidarité partagedesrichesses FrontPopulaire

Cristina Ippolito - Painter ("Camponeses 3)

Publié le 23/09/2014 à 23:11 par andrenicolas Tags : pcf frontdegauche solidarité partagedesrichesses FrontPopulaire
Cristina Ippolito - Painter ("Camponeses 3)

Paysage

Les femmes de chambre arrachent 420 € de +par mois

Publié le 23/09/2014 à 23:03 par andrenicolas Tags : pcf frontdegauche solidarité partagedesrichesses FrontPopulaire
Les femmes de chambre arrachent 420 € de +par mois
Après quatre jours de grève, les employés du sous-traitant de l’hôtel Park Hyatt Paris-Vendôme ont obtenu d’importantes augmentations de salaire et de meilleures conditions de travail. La grève se poursuit au Park Hyatt Madeleine, les salariés sont plus motivés que jamais.

Entre 380 et 420 euros de plus par mois, « c’est le meilleur accord que j’ai signé en quinze ans de syndicalisme », lance Claude Lévy, de la CGT des hôtels de prestige et économiques (CGT HPE), l’un des principaux organisateurs du mouvement de grève entamé vendredi par les équipiers, gouvernantes, femmes et valets de chambre du Park Hyatt Paris-Vendôme. Hier, à Paris, en pleine fashion week, les grévistes, brandissant les drapeaux rouges de la CGT, en robes colorées, tresses et perruques fluo, ont organisé un défilé de mode « festif et combatif », non sans étonner les touristes qui flânent dans la très chic rue de la Paix.

L’expérience des salariés du Hyatt Vendôme va faire des émules L’accord « historique » signé comprend l’augmentation du taux horaire de 2 euros, la participation de l’employeur à la mutuelle de santé à hauteur de 60 % de la cotisation, le passage de tous les temps partiels en temps complet d’ici à fin 2015, la diminution des cadences de 10 %, primes régulières… soit 380 à 420 euros mensuels. Les salariés emportant dans la bataille le paiement des jours de grève, « ce qui signifie que les camarades ne perdront pas un centime sur la paye du mois de décembre », note le syndicaliste.

Défilé oblige, Moussa Toilibou, équipier d’étage, arbore chapeau traditionnel, costume et cravate rouge, et même un gros cigare. « Aujourd’hui, je fume exceptionnellement pour fêter la victoire, explique-t-il avec fierté. On est aussi là pour soutenir les femmes de chambre, qui font un métier difficile. » Et de rappeler que le coût de certaines de ces chambres, de 950 à 16 000 euros la nuit, dépasse leur revenu annuel.

Dans le secteur de l’hôtellerie, au même titre que le film On a grèvé ! qui relate la victoire des employés de Louvre Hôtels, l’expérience des salariés du Hyatt Vendôme va faire des émules. Les premières concernées sont les femmes de chambre de l’hôtel Park Hyatt Madeleine, en grève également depuis vendredi. Les négociations avec Azurial, l’entreprise sous-traitante de l’hôtel n’ayant pas abouti, les salariées ont reconduit leur mouvement et elles comptent bien tenir « jusqu’à Noël » s’il le faut. « On ne reprendra pas le travail avant d’avoir gagné », assène Nassira Benallou. Femme de chambre dans cet hôtel de luxe depuis deux ans, elle habite en Haute-Normandie et gagne 1 144 euros net par mois. 900 euros une fois les cartes de transport payées. « On demande une augmentation de salaire, un treizième mois, la baisse des cadences, le paiement des lits et des heures supplémentaires… » Sadie Sakip, femme de chambre au Concorde Opéra, est elle aussi inspirée par cette victoire : « Bien sûr, ça me donne envie. Chez nous aussi on a des problèmes. Nous allons passer en catégorie luxe, la soustraitance se développe, ils rajoutent plus de travail et les cadences sont impossibles à tenir. »

Mais Didier Del Rey, de l’Union syndicale CGT commerces et services, n’oublie pas que le recours à la soustraitance reste toujours en vigueur place Vendôme : « Le combat n’est pas terminé. Le Hyatt Vendôme est le seul palace parisien qui externalise ses activités. » Présent au défilé, le secrétaire national du Parti communiste, Pierre Laurent, a tenu, à exprimer sa solidarité avec « une lutte amplement justifiée » : « Au nom de tous les élus communistes de Paris, je veux saluer votre courage et votre détermination. Vous avez raison de vous battre. Vous prouvez qu’en étant unis et déterminés, on peut arracher des revendications qui semblaient impossible à obtenir. » 

Henri Le Roux
Mardi, 23 Septembre, 2014

La menace d'un nouveau détournement des crédits

Publié le 23/09/2014 à 20:50 par andrenicolas Tags : pcf frontdegauche solidarité partagedesrichesses FrontPopulaire
La menace d'un nouveau détournement des crédits
La menace d'un nouveau détournement des crédits pour les personnes âgées
Un certain ras-le-bol se fait sentir parmi les acteurs du secteur qui ne comptent plus, depuis l’instauration de la vignette auto, les mesures budgétaires prises au nom des personnes âgées, et détournées de leur finalité.
Photo : AFP
Vingt-huit syndicats de retraités et associations de personnes âgées et de professionnels lancent une alerte.

Le gouvernement se livrera-t-il, pour la troisième année consécutive, à un hold-up sur les fonds destinés à l’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie ? C’est l’inquiétude exprimée ce mardi, d’une même voix, devant la presse, par une trentaine d’acteurs du secteur : organisations syndicales de retraités, associations de personnes âgées et de leurs familles, associations de professionnels de l’aide aux personnes âgées. Dans un contexte budgétaire tendu, tous redoutent de voir rééditer le mauvais coup perpétré à deux reprises en 2013 et 2014. En voici le schéma. Depuis le 1er avril de l’an dernier, le gouvernement a instauré une taxe de 0,3% sur les pensions des retraités imposables, baptisée Contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie (CASA), destinée à alimenter la Caisse nationale de solidarité autonomie (CNSA) qui finance l’accompagnement des « vieux », tant à domicile qu’en établissement. Mais, au motif de l’absence de loi précisant l’utilisation de cette taxe, les pouvoirs publics ont soustrait l’équivalent de son produit, soit 645 millions d’euros en année pleine, des recettes de la CNSA, pour, par un jeu de tuyauterie budgétaire, combler le déficit du Fonds de solidarité vieillesse.

L’argent de la CASA pourrait être utilisé sans délai

Cette année, une loi, dite d’adaptation de la société au vieillissement, est bien en gestation, mais, du fait du retard pris dans le processus législatif, elle ne sera probablement pas promulguée avant juillet 2015. Syndicats et associations craignent donc qu’une fois encore, au 1er janvier prochain, la CASA soit à nouveau détournée de son objet. Tous dénoncent le caractère « fallacieux » du « prétexte » utilisé en 2013 et 2014. « Nul besoin de loi pour connaitre les besoins du secteur », fait valoir Pascal Champvert, porte-parole de l’AD-PA, association de gestionnaires de services et d’établissements de personnes âgées, évoquant « une situation extrêmement grave ». L’argent de la CASA pourrait être utilisé sans délai, détaille-t-il, au recrutement de personnels, qui manquent souvent cruellement, à des investissements dans le bâti, à la création d’un fonds pérenne de soutien à l’aide à domicile, à l’aide aux aidants, etc. « Quand on a des crédits supplémentaires, dans notre secteur, on embauche ! L’essentiel de notre activité, c’est de produire de la relation humaine », remarque le responsable, comparant avec les entreprises privées bénéficiaires du Crédit d’impôt compétitivité (CICE) qui, elles, « s’engagent mollement » à créer des emplois…  « Ce n’est pas l’évaluation des besoins qui fait défaut, ce sont les choix politiques qui manquent », insiste Pascal Champvert. A cet égard, un certain ras-le-bol se fait sentir parmi les acteurs du secteur qui ne comptent plus, depuis l’instauration de la vignette auto, les mesures budgétaires prises au nom des personnes âgées, et détournées de leur finalité. Aujourd’hui encore, « on nous dit que l’aide à domicile est prioritaire. Mais, depuis dix ans, on ne cesse de la mettre en difficulté». Comment, en effet, une association rendant ce service peut-elle s’en sortir lorsque l’heure d’accompagnement lui revient 20 à 21 euros et qu’elle ne reçoit que 18 euros de crédit, comme c’est le cas dans certains départements,? , illustre Pascal Champvert.

Voir l’argent de la CASA "retourner intégralement à son objectif d’origine"

Sollicité par le Comité national des retraités et personnes âgées (CNRPA), le Premier ministre s’est contenté d’indiquer que les ministres concernés (Affaires sociales, et personnes âgées) ont été saisis de la demande de voir l’argent de la CASA « retourner intégralement à son objectif d’origine sans attendre que la loi (sur le vieillissement, Ndr) soit promulguée ». D’ici à la présentation du projet de budget 2015 de la Sécu, syndicats et associations appellent donc leur adhérents à intervenir en ce sens auprès des élus. Pas question de laisser transformer la Caisse nationale de solidarité autonomie en « pot de confiture où tout le monde vient piocher ».

Autre sujet de préoccupation des organisations de retraités et personnes âgées : la représentation de cette population sans cesse croissante dans les instances prévues par la loi d’adaptation au vieillissement. Or, syndicats et associations constatent qu’ils sont, à ce jour, écartés d’une structure stratégique : la « conférence des financeurs », dont l’objet est de coordonner l’utilisation des fonds dédiés à la prévention de la perte d’autonomie. « Dès qu’il s’agit d’argent, il n’y a plus de démocratie », s’indignent-ils, réclamant que « ceux qui paient » aient une place « à la hauteur des enjeux ».

Yves Housson
Mardi, 23 Septembre, 2014

Les salariés de l’ex-Seita en cortège à Paris

Publié le 23/09/2014 à 20:43 par andrenicolas Tags : frontdegauche partagedesrichesses solidarité frontpopulaire pcf
Les salariés de l’ex-Seita en cortège à Paris
Arrivés de Carquefou, Bergerac, Le Havre, Riom, Fleury-les-Aubrais, 200 salariés d’Altadis sont venus manifester devant l’Assemblée nationale et le siège de leur direction contre le PSE.

«On est des courageux!» Levé à 3 heures, parti à quatre de Nantes, du courage, il en a fallu à Antoine Dacunha, cinquante ans, pour venir manifester son écœurement à Paris hier matin face à la fermeture de la dernière plus grosse usine de cigarettes de France, à Carquefou (Loire-Atlantique). 327 emplois sont directement concernés et près de 700 seraient supprimés au niveau du bassin nantais. «On ne comprend pas pourquoi on est licencié. Imperial Tobacco fait des bénéfices: 576 millions l’an dernier. Quand le site de Strasbourg a fermé, il y a cinq ans, j’ai déjà été muté à Nantes. Puis me voilà licencié à nouveau…» Comme 159 collègues, ce salarié de la filiale Seita a roulé toute la nuit en car, puis marché vers l’Assemblée nationale pour dénoncer une délocalisation partielle vers la Pologne d’un site viable, à la trésorerie saine. «Depuis le début, le gouvernement est aux abonnés absents alors que la collectivité territoriale de Loire-Atlantique s’est prononcée très clairement, précise Aymeric Seassau, conseiller régional (PCF) et adjoint à la mairie de Nantes qui les accompagne. La direction d’Imperial Tobacco n’a pas voulu venir voir les élus à Nantes. Nous voilà à Paris pour aider la direction à retrouver le chemin du dialogue social. Le site est viable. On ne peut pas parler de coût du travail quand la masse salariale pour un paquet de cigarettes produit en Loire-Atlantique représente quatre centimes d’euro. La saignée industrielle, ça suffit.» Gare Saint-Lazare, les élus communistes Didier Le Reste et Éliane Assassi, qui, en mai, avait déjà adressé un courrier à Arnaud Montebourg et François Rebsamen, sont venus les rejoindre. Tout comme des salariés de Riom, du?Havre, de Fleury-les-Aubrais et du laboratoire de recherche de Bergerac (Dordogne), site également sans avenir. «J’ai déménagé avec toute ma famille quand on a fermé Strasbourg, raconte Franck Brevi, délégué CGT du site. Un tiers des salariés de Bergerac sont venus aujourd’hui pour peser sur les négociations.» Car, après la marche sur l’Assemblée, les salariés ont poursuivi jusqu’à Montrouge (Hauts-de-Seine), au siège de la filiale française d’Imperial Tobacco. Ce devait être le dernier round, mais la mobilisation des salariés a permis un nouveau rendez-vous, le 30 septembre. «C’est important de se mobiliser, parce que le site a fermé la semaine dernière, explique Youri Juhel, délégué CGT à Carquefou. Le lundi, le tribunal ordonnait le rétablissement du libre accès à l’usine, mais le mardi la direction nous expulsait pour “raison de sécurité”.» Face à des patrons qui ne plient pas, contournent les décisions de justice, ne rencontrent pas les élus, les salariés sont conscients du peu de marge offerte. Jusqu’ici, ils ont obtenu de meilleures conditions de départ par rapport au PSE (un mois et demi de salaire par année d’ancienneté). «Des miettes», pour les salariés, qui n’ont pas eu de rallonge de la procédure et devraient entendre prononcer le plan social, le 17 octobre. Sébastien Maugis, délégué CGT à l’usine de Carquefou dénonce :«la Seita a versé 40000euros par mois et par salarié À ses actionnaires en 2013»

Kareen Janselme
Mardi, 23 Septembre, 2014
 

La une du canard enchaîné

Publié le 23/09/2014 à 20:36 par andrenicolas Tags : pcf frontdegauche solidarité partagedesrichesses FrontPopulaire
La une du canard enchaîné

Le canard


DERNIERS ARTICLES :
Les femmes de chambre victorieuses
Défilé de femmes de chambre du Hyatt sous le signe de la victoire, après avoir obtenu de fortes hausses de salaire
Edgard Degas
Portrait
Dang Can Painter
Trois soeurs
Niki de Saint Phalle, grande artiste et sacrée nana
La rétrospective au Grand Palais, à Paris, de celle qui tirait sur la bêtise, le racisme, le fanatisme religieux, féministe en actes dans son art, est l’événement de la
Italie
Italie