le monde sera beau
Ce blog se veut être une recherche d'articles de presse et de vidéos de gauche.

Blogs et sites préférés

· 94 citoyens
· a gauche pour de vrai
· ami jacques tourtaux
· amis Robespierre
· anicet le pors
· annuaire blog
· Annuaire des blogs
· Annuaire Gratuit
· Annuaire Gratuit
· azo

Voir plus


manif
front-de-gauche
front-de-gauche.jpg
Rechercher
Derniers commentaires

comment la droite peut-elle avoir même la moitié des voix, tandis qu'il n'y a pas une moitié de riches dans un
Par marssfarm, le 26.03.2015

depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux états-unis, la réglementatio n prévoit que les portes des cockpi
Par marssfarm, le 26.03.2015

alors, ça , c'est très très beau !!http://ptite sputasseries.c enterblog.net
Par Claire, le 24.03.2015

exact ! et moi je vis à la campagne, on est en zone polluée et pas qu'un peu à cause notamment des cultures ar
Par Claire, le 24.03.2015

rappelons qu'être éventuellemen t ami avec un adversaire politique n'est pas un crime et que c'est courant, et
Par Kiosk, le 18.03.2015

Voir plus

Articles les plus lus

· la une du canard enchainé du 22 août 2012
· Non à tout hommage officiel au général Bigeard
· La Banque centrale européenne bloquée par les Indignés
· Un musée « nostrum » pour Marseille
· Québec : Tous nus dans la rue! contre les frais de scolarité

· ORIGINE DE LA BURQA .......A FAIRE CONNAITRE !!!!
· Décès de Patrick Edlinger, figure marquante de l'escalade
· Ainsi squattent-il dans les entrailles des squats
· blog melenchon
· Le parcours si singulier de Daniel Cordier
· la une du canard enchainé du 18 mai 2011
· Vous avez signé la pétition en solidarité avec la grece
· article du canard enchainé
· cgt dcns toulon
· Roxane Decorte (UMP) doit démissionner (Ian Brossat)

Voir plus 

Statistiques

Date de création : 31.03.2011
Dernière mise à jour : 30.03.2015
16955articles


Odette-et-son-chien
Odette-et-son-chien.jpg
022
022.jpg
bastille
bastille.jpg
Images
toulon
Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Abeilles (3)
· Abjection (24)
· Abolition (4)
· Abstentions (8)
· Absurdité (34)
· Accidents (10)
· Accord (19)
· Acharnement (19)
· Actionnaires (1)
· Actions Militantes (50)
· Affaires (69)
· Afghanistan (15)
· Afrique (154)
· Afrique du nord (17)
· Afrique du Sud (6)
· Agriculture (41)
· Air France (8)
· Algérie (48)
· Alimentation (23)
· Allemagne (21)
· Alternative (3)
· Amérique centrale (17)
· Amérique du Sud (29)
· Amiante (17)
· Amitiés (3)
· Amnesty International (1)
· Amnistie (5)
· Amour (8)
· Analyse (97)
· Angela Davis (4)
· Aragon (2)
· Arbitrage (1)
· Archéologie (1)
· Architecture (2)
· Argent (1)
· Argentine (3)
· Arnaque (15)
· Arrogance (2)
· Arts (5)
· Asie (9)
· Asile Politique (6)
· Assassin (0)
· Assassinats, meurtres (46)
· Assemblée nationale (53)
· Assises (3)
· Associations (3)
· Astronomie (10)
· Attentats (32)
· Austérité (228)
· Automobile (6)
· Autoroutes (6)
· Avocats (3)
· Avortement (12)
· Bandes dessinées (7)
· Banditisme (2)
· Bangladesh (4)
· Banlieues (10)
· Banques (44)
· Barbaries (4)
· Barrage (1)
· Bavures (6)
· Belgique (16)
· Bibliothèques (6)
· Birmanie (1)
· Blocage (7)
· Bolivie (11)
· Bonheur (4)
· Bourgeoisie (17)
· Braderie (4)
· Braderies (1)
· Brésil (22)
· Bruxelles (14)
· Budget (22)
· Bulgarie (2)
· Burkina (6)
· Cambodge (1)
· Campagne électorale (54)
· Canada (2)
· Cancer (2)
· Capital (72)
· Capitulation (1)
· Catalogne (2)
· Catastrophe (4)
· Catastrophes naturelles (19)
· Cauchemard (3)
· Censure (1)
· Centrafrique (28)
· CGT (201)
· Changement (29)
· Changer le monde (7)
· Chansons (2)
· Chantage (1)
· Charlie Hebdo (130)
· Cheminots (35)
· Chili (9)
· Chine (27)
· Chômage (80)
· Cinéma (75)
· Citoyenneté (14)
· Clémentine (3)
· Climat (21)
· Colères (12)
· Collectivités locales (13)
· Colleges (5)
· Colombie (1)
· Colonisations (6)
· Comédie humaine (2)
· Commerce (4)
· Commune de Paris (3)
· Communication (6)
· Communisme (5)
· Concurrence (15)
· Condamnation (1)
· Condamnation à mort (4)
· Conditions de travail (2)
· Conflit social (168)
· Congrès (1)
· Connaissances (1)
· Conscience de classe (15)
· Conseil Constitutionnel (1)
· Conseil d'Etat (4)
· Consommation (3)
· Constitution (1)
· Construction Navale (1)
· Contestations (52)
· Contraception (5)
· Contre le fascisme (42)
· Contrefaçon (1)
· Contrôle (21)
· Coopératives (1)
· Corruption (2)
· Corse (2)
· Cour des comptes (3)
· Courage (0)
· Crimée (12)
· Crise (60)
· Croatie (1)
· Croissance (2)
· Cuba (23)
· Cuisine (6)
· Culture (443)
· Cyclisme (15)
· Cynisme (25)
· Danemark (1)
· Débats (19)
· Décentralisation (12)
· Décès (55)
· Déconstruction (4)
· Décroissance (2)
· Décryptage (4)
· Déculottée (11)
· Défaites (1)
· Déflation (1)
· Délinquances (7)
· Délocalisations (7)
· Démagogie (24)
· Démission (9)
· Démocratie (60)
· Démographie (1)
· Dénonciations (9)
· Départements (9)
· Déportation (1)
· Dérive à droite (2)
· Désaccords (26)
· Désarroi (5)
· Désastre (5)
· Désillusions (3)
· Destruction (1)
· Dialogue (10)
· Dictature (2)
· Diplomatie (4)
· Discrimination (2)
· Disparition (61)
· Dividendes (6)
· Documentaire (7)
· Drogues (12)
· Droit de vote (2)
· Droit du travail (56)
· Droits de l'homme (10)
· Duplicité (18)
· Eau bien commun service public (13)
· Ebola (11)
· Echanges (11)
· Echec (18)
· Ecole (34)
· Ecologie (91)
· Economie (100)
· Education Nationale (76)
· Effet boule de neige (3)
· Egalité (23)
· Egypte (62)
· Elections (122)
· Elysée (11)
· Embargo (2)
· Emeutes (3)
· Emplois (115)
· Energie (36)
· Enfants (19)
· Enfumage (154)
· Enlèvement (1)
· Enquête (1)
· Epidémie (1)
· Equateur (1)
· Esclavage (10)
· Espace (2)
· Espagne (99)
· Espionnage (3)
· Espoir (30)
· Etats Unis (137)
· Ethique (1)
· Etrangers (7)
· Etudiants (6)
· Europe (103)
· Evasion fiscale (3)
· Exploitation (13)
· Expulsion (39)
· Extradition (3)
· Extrême droite (46)
· Faillite (13)
· Faim (2)
· Faits divers (31)
· Famille (15)
· Fanatisme (1)
· Fascisme (21)
· Fasciste (3)
· Favoritisme pour les patrons (26)
· Féminisme (1)
· Femmes (84)
· Fermetures (5)
· Festival (2)
· Fête (94)
· Finance (96)
· Fiscalité (47)
· FMI (2)
· Fonctionnaires (15)
· Foot (22)
· Fraternité (7)
· Fraudes (65)
· Front Populaire (60)
· Fusée (1)
· Gauche (31)
· Gauche africaine (1)
· Gaza (175)
· Génocide (10)
· Gouvernement PS (83)
· Grande Bretagne (4)
· Gratuité (7)
· Grèce (167)
· Grève (76)
· Guerre (45)
· Guerre Froide (2)
· Haine (2)
· Handicap (11)
· Harcèlement (17)
· HD (69)
· Histoire (30)
· Hold-up (3)
· Hommage (47)
· Homophobie (15)
· Honduras (1)
· Honneur (21)
· Hôpital (37)
· Humour (45)
· Hygiène (1)
· Hypocrisie (27)
· Idéologie (15)
· Ignominie (14)
· Illusions (2)
· Immigrations (1)
· Immunité (1)
· Impasses (1)
· Impôts (19)
· Impressionisme (4)
· Incendies (3)
· Inde (14)
· Indécence (1)
· Indignés (29)
· Indonésie (1)
· Industries (19)
· Inégalités (22)
· Informations (7)
· Injustice (23)
· Inondations (8)
· Inspection (1)
· Intégristes (12)
· Intelligence (5)
· Intempéries (1)
· Intermittents (16)
· International (19)
· Internet (42)
· Investigations (3)
· Irak (16)
· Iran (6)
· Islam (3)
· Islamophobie (6)
· Israël (42)
· Italie (36)
· IVG (8)
· Janus (4)
· Japon (1)
· Jaurès (9)
· Jean Ferrat (20)
· Jean Luc Melenchon (255)
· Jerusalem (8)
· Jeunes (50)
· Jeunes communistes (37)
· Jeux (1)
· Journalisme (46)
· Justice (120)
· Kiev (9)
· Kosovo (2)
· Kurdes (68)
· L'écologie (4)
· L'europe (12)
· L'humanité (656)
· La gauche antilibérale (12)
· La lutte des classes (2)
· La Marseillaise (264)
· La Navale (13)
· La Poste (15)
· La presse (68)
· La réunion (10)
· La Seyne sur Mer (16)
· Laboratoires (1)
· Laïcité (11)
· Larbins journalistes (2)
· Le canard (103)
· Le droit au chapitre (8)
· Le Front de gauche (299)
· Le Front Populaire (17)
· Le parti communiste (248)
· Le travail seule source de richesses (2)
· Lectures (7)
· Lénine (1)
· Les luttes (40)
· Liban (2)
· Libéralisme (15)
· Libération des femmes (35)
· Libertés (93)
· Librairies (4)
· Licenciements (24)
· Liquidation judiciaire (1)
· Littérature (29)
· Logement (56)
· Logiciel libre et gratuit (2)
· Lois (6)
· Luxes (1)
· Lybie (7)
· Lycéens (4)
· Magistrats (3)
· Maires (3)
· Malaysie (1)
· Mali (10)
· Maltraitance (1)
· Mandela (26)
· Manifestations (104)
· Manipulations (47)
· Marchandisation (4)
· Marchands d'armes (1)
· Marche (5)
· Marine (25)
· Maroc (5)
· Marseille (28)
· Marwan Barghouti (3)
· Marxisme (9)
· Maternité (5)
· Mathématiques (1)
· Mayotte (6)
· Médecins (12)
· MEDEF (1)
· Médias (3)
· Médiathèques (1)
· Médicaments (3)
· Mediterranée (1)
· Meeting (1)
· Mémoire (77)
· Mensonges (27)
· Métallurgie (1)
· Métro (2)
· Métropoles (2)
· Meurtrier (2)
· Mexique (10)
· Migrants (30)
· Militants (1)
· Mineurs (6)
· Misère (31)
· Mobilisations (3)
· Mode (2)
· Monarchie (1)
· Multinationales (3)
· Municipales (41)
· Musiques (101)
· Mutualité (3)
· Nationalisation (10)
· Nature (6)
· Naufrage (1)
· Nazisme (13)
· Négociations (5)
· Négociations de paix (3)
· Nigéria (6)
· Nobel (5)
· Nouvelle Calédonie (1)
· Nucléaire (25)
· Numérique (1)
· O.N.U (8)
· Opposition (3)
· Orient (20)
· Origine (1)
· Otages (24)
· Ouvriers (11)
· Pacifiste (2)
· Paix (23)
· Pakistan (4)
· Palestine (189)
· Panthéon (1)
· Paradis Fiscaux (7)
· Parents (2)
· Paris (6)
· Parité (1)
· Parlement (12)
· Passions (1)
· Patrick Le Hyaric (3)
· Patronat (25)
· Patrons (11)
· Pauvreté (106)
· Peine de Mort (1)
· Peintures (357)
· Pénuries (1)
· Pétrole (6)
· Philosophie (9)
· Photos (79)
· Pierre Laurent (68)
· Planète (1)
· Podemos (6)
· Poësie (6)
· Police (12)
· Politique (96)
· Pollution (37)
· Populisme (4)
· Portugal (3)
· Pour le changement (9)
· Pouvoir (4)
· Pouvoir d'achat (17)
· Précarité (13)
· Préjudices (1)
· Prisons (8)
· Privatisation (2)
· Privilèges (1)
· Prix (21)
· Procédures (8)
· Productions (5)
· Profiteurs (7)
· Prostitutions (6)
· Protection Sociale (2)
· Psychanalyse (1)
· Publicité (1)
· Racisme (64)
· Radios (6)
· Rapaces (10)
· Rassemblement (4)
· Recession (16)
· Recherche (20)
· Redressement Judiciaire (2)
· Référendum (3)
· Réformes (8)
· Réfugiés (1)
· Regression (5)
· Religions (41)
· Renaissance (0)
· Renseignements (4)
· Rentabilité (2)
· Reportage (16)
· Répression (11)
· République (9)
· Résistance (91)
· Responsabilité (5)
· Retraites (56)
· Révélations (1)
· Revendications (14)
· Révocation (4)
· Révolution (47)
· Riches (9)
· Robespierre (2)
· Robotisation (2)
· Rom (37)
· Roumanie (1)
· RSA (1)
· Russie (34)
· Sahara (2)
· Salaires (37)
· Salariés (42)
· Salopard (1)
· Sans domicile fixe (11)
· Sans papiers (25)
· Santé (116)
· Sauvetage (3)
· Scandales (2)
· Science Fiction (1)
· Scolarité (2)
· SCOP (2)
· Secours Populaire (14)
· Sécurité sociale (45)
· Segregation (2)
· Sénat (18)
· Services publics (9)
· Sexe (7)
· Sida (1)
· Sidérurgie (2)
· SMIC (12)
· SNCF (47)
· SNCM (4)
· SNIASS (2)
· Sociale (38)
· Socialisme (2)
· Société (24)
· Solaire (1)
· Solidarité (80)
· Sondages (8)
· Sous-Traitance (1)
· Spéculation (20)
· Sport (212)
· Suicide (39)
· Sureté (6)
· Syndicats (86)
· Syrie (135)
· Syriza (76)
· Tarifs (6)
· Taxes (8)
· Telecom (8)
· Téléphonie (3)
· Television (31)
· Tempete (4)
· Terrorisme (27)
· Théatre (9)
· Tortures (13)
· Toulon (93)
· Tourisme (2)
· Trahison (20)
· Traité (58)
· Transports (34)
· Traque (2)
· Travail (12)
· Tribunal (2)
· Tristesse (7)
· Tromperies (33)
· Tueries (1)
· Tunisie (84)
· Turquie (43)
· Ukraine (70)
· Union (1)
· Université (11)
· Urgence (4)
· Uruguay (5)
· Vacanciers (1)
· Var (7)
· Venezuela (69)
· Vente d'armes (1)
· Victimes (5)
· Victoire (12)
· Vidéos (1)
· Vieillissement (1)
· Vietnam (13)
· Vigilance (3)
· Vignerons (7)
· Violences (26)
· Voeux (2)
· Vote (16)
· Xénophobie (23)
· Yemen (1)

Course à Sainte Anastasie
le monde sera beau
la-banderolle-unitaire
la-banderolle-unitaire.jpg
Thèmes

2010 amis annonce article blog bonne cadre canard centerblog chez création de

Les présidentielles départementales

Publié le 30/03/2015 à 10:59 par andrenicolas Tags : Syriza PCF Podemos front de gauche solidarité partagedesrichesses FrontPopulaire
Les présidentielles départementales

Jean-Paul Jouary

Lundi, 30 Mars, 2015 - 10:26
Les présidentielles départementales

Les soirées électorales françaises se suivent et se ressemblent... Pas un mot sur les besoins, les aspirations, les bilans, les propositions relatifs à l'objet même du suffrage.

Les soirées électorales françaises se suivent et se ressemblent. Depuis tant d'années. Celle des départementales de ce mois de mars 2015 en offrait une caricature dont l'acceptation quasi générale interroge autant le philosophe que le citoyen. Pas un mot sur les besoins, les aspirations, les bilans, les propositions relatifs à l'objet même du suffrage. Si peu sur les candidats qu'on peut supposer qu'ici ou là une chèvre affublée du logo d'un parti aurait pu  l'emporter. Il ne fut question que de s'affirmer pour ou contre le Président de la République, ou contre tout ce qui ressemble à la République elle-même.
 
Comment s'en étonner si nos institutions donnent l'essentiel du pouvoir au sommet présidentiel d'un édifice institutionnel qui prétend être légitime sous prétexte qu'il a reçu l'accord du suffrage universel tous les cinq ans. Entre deux suffrages, aucune décision n'est soumise au peuple, celui-ci a perdu tout moyen de décider ou de refuser. Et de la politique désormais imposée dépendent pour l'essentiel toutes les politiques locales et la vie quotidienne de chacun. Les citoyens se saisissent donc des rares occasions qui lui sont offertes de s'exprimer pour rejeter cette logique politique dont ils font les frais.
Il ne leur reste plus qu'à rechercher un futur monarque de rechange, dans cette Constitution que François Mitterrand appelait – avant d'être au pouvoir – un « coup d’État permanent ». C'est bien cette imposture que constitue la prétention de représenter le peuple que manifeste une fois encore cette nouvelle élection, qu'il faut bien qualifier d'élection présidentielle départementale, comme il y aura bientôt une élection présidentielle régionale, et qu'il y a eu des élections présidentielles législatives. Il faut donc s'interroger sur le sens du mot représenter dans ce qu'on appelle la démocratie représentative.
 
Re-présenter, c'est rendre présent ce qui est absent. C'est donc établir une équivalence entre une chose absente et une autre chose qui est censée en assurer la présence malgré tout, parler et agir en son nom, comme si elle était elle-même présente. Mais il y a deux façons d'entendre cette re-présentation.
 
Dans un premier sens, un représentant de commerce par exemple parle au nom de son entreprise, un Ambassadeur parle au nom du gouvernement qu'il représente dans un autre pays, un préfet parle au nom de l’État qu'il représente dans un département ou une région. Mais aucun d'entre eux n'a le droit de réinventer à sa guise les tarifs de son entreprise ou la politique de son gouvernement. Ainsi, re-présenter suppose que ce que l'on représente conserve toute sa liberté de décision, que ce que l'on représente ne cesse pas d'être, ne puisse être remplacé par sa représentation. C'est un premier sens de la notion de représentation.
 
Mais ce mot a un second sens : il y a en effet des cas ou le re-présentant est posé comme décidant à la place de ce qui est représenté. Par exemple, les parents représentent leurs enfants mineurs dès qu'il est question de compte bancaire, d'engagement légal, etc. Même dans ce cas, cela ne leur donne pas n'importe quels droits sur eux. Il y a d'autres cas : une personne peut en re-présenter une autre si cette dernière a perdu ses facultés mentales, de même qu'un exécuteur testamentaire représente les volontés de celui qui n'existe plus. On le voit, ce genre de représentation suppose que les représentés sont considérés comme mineurs, inaptes, irresponsables, voire disparus. C'est un second sens du mot représentant.
 
La question est de savoir si, lorsqu'on parle de démocratie représentative, on parle de représentation au premier ou au second sens. La chose est importante car si on opte pour le premier sens, alors il faut admettre que le peuple doit conserver toujours son pouvoir de décision, quitte à se débarrasser de ses gouvernants. On licencierait un représentant de commerce qui ferait campagne pour les concurrents et l'on révoquerait un ambassadeur qui déciderait de plaider une politique différente de celle du gouvernement de son pays. En revanche, si l'on opte pour le second sens, alors on considère le peuple comme mineur, irresponsable, inexistant, ayant perdu toute liberté entre deux élections, et il faut admettre que la « démocratie représentative » n'est plus au sens propre une démocratie. Pour rendre à la démocratie son sens profond, essentiel, vital, il faut conserver en tête, chaque jour, cette évidence définitive que Jean-Jacques Rousseau formula dans son Contrat social :« Les députés du peuple ne sont donc ni ne peuvent être ses représentants, ils ne sont que ses commissaires; ils ne peuvent rien conclure définitivement. Toute loi que le peuple en personne n’a pas ratifiée est nulle ; ce n’est point une loi ».
 
C'est l'oubli de ce principe, l'essence même de la démocratie, et la confiscation du pouvoir par ceux qui prétendent représenter le peuple contre le peuple lui-même, qui conduit tant de citoyens à ne plus avoir d'ambition que dans le rejet : rejet des pouvoirs en place d'abord, en alternance régulière, puis rejet de la démocratie elle-même comme horizon dangereux de cette crise de la politique en général. Comme le chien dont parle Spinoza, qui mord machinalement le caillou qui le frappe, les citoyens qui souffrent, faute de pouvoir agir comme citoyens, finissent par faire à leurs maîtres le cadeau royal du vote Front national qui les menace pourtant d'un naufrage tragique.
 
C'est pourquoi, si la crise est sociale, son verrou est institutionnel en ce qu'il empêche toute traduction politique des aspirations et pratiques sociales. Parler, écrire et surtout agir en associant un maximum de citoyens pour concevoir et imposer une VIe République, est devenu la priorité absolue de toute aspiration au changement social. Avant le social lui-même, décrédibilisé par ces mêmes institutions semeuses de fatalisme et d'incrédulité sur toutes les promesses.

Départementales. Un Français sur deux a boudé les urnes

Publié le 30/03/2015 à 10:47 par andrenicolas Tags : Syriza PCF Podemos front de gauche solidarité partagedesrichesses FrontPopulaire
Départementales. Un Français sur deux a boudé les urnes
Départementales. Un Français sur deux a boudé les urnes
Fabrice Savel avec AFP
Dimanche, 29 Mars, 2015
Humanite.fr

 


Photo AFP
Un Français sur deux environ a boudé les urnes dimanche, au second tour des élections départementales, une abstention forte qui, sans atteindre le record des cantonales de 2011, a pesé dans ce scrutin, nouvelle défaite pour la gauche.
Face à une nette victoire de la droite alliée au centre et à un "score beaucoup trop élevé pour l'extrême droite", Manuel Valls a jugé, peu après 20 heures, que "les Français par leur vote et même leur abstention ont dit à nouveau leurs attentes, leurs exigences, leur colère, leur fatigue face à une vie quotidienne trop difficile, le chômage, les impôts, la vie trop chère".

 

L'abstention devrait s'élever sur l'ensemble de la journée dans une fourchette allant de 49,8% à 51%, selon quatre instituts de sondages. Plus de 40,6 millions d'inscrits étaient comptabilisés dans les 1.905 cantons restant à pourvoir, sachant que ni Paris ni Lyon (où les fonctions des conseils départementaux sont exercées par d'autres organes), ni une partie des outremer, n'étaient concernés. Ces taux sont nettement inférieurs au taux constaté par le ministère de l'Intérieur lors des cantonales de 2011 (55,29% au second tour). Si ces niveaux apparaissent égaux, voire supérieurs à celui de dimanche dernier (49,83%), les configurations proposées aux électeurs étaient très différentes au premier et au second tour sur le territoire (duels, triangulaires...).

 

Comme au premier tour, ce sont les départements ruraux qui ont voté le plus. La Haute-Corse est la meilleure élève avec une participation de 65,84%, devant la Corrèze (54,42%), l'Aude (54,02%) et les Pyrénées-Orientales (53,79%). Et la participation était un peu supérieure à la moyenne nationale dimanche à 17 heures dans l'Aisne (44,8%, chiffre du ministère de l'Intérieur), le Pas-de-Calais (45,11%) et nettement dans le Vaucluse (50,64%), l'un des départements où le FN pourrait l'emporter.

La région parisienne ferme la marche avec seulement 29,54% dans les Yvelines et même 25,24% en Seine-Saint-Denis, département déjà bon dernier la semaine dernière, et où ne restait en lice qu'un seul binôme homme/femme dans plusieurs cantons. Les cantonales, devenues les départementales, sont un scrutin où la participation est allée decrescendo depuis la moitié des années 1980 (pic à 70,3% au second tour des cantonales de 1982), surtout lorsqu'elles sont dissociées d'un autre type d'élection (municipales, régionales). Les prochaines régionales auront finalement lieu en décembre, sur la base de la nouvelle carte des régions....

http://www.humanite.fr/

Elections départementales. La Berezina d’une dérive libérale

Publié le 30/03/2015 à 10:31 par andrenicolas Tags : pcf frontdegauche solidarité partagedesrichesses FrontPopulaire
Elections départementales. La Berezina d’une dérive libérale
Elections départementales. La Berezina d’une dérive libérale
Patrick Apel-Muller
Dimanche, 29 Mars, 2015
L'Humanité
 
L'éditorial de Patrick Apel-Muller. Il est donc urgent pour les progressistes de mettre sur pied une alternative politique, rassembleuse, qui apparaisse comme une perspective possible à notre peuple, une issue de secours face aux appétits de retour de Nicolas Sarkozy et à la menace lepéniste. À gauche, il n’y a rien de plus nécessaire. Notre peuple en a besoin.
r le gouvernement, c'est une Berezina, précédée par une longue retraite, des redditions devant le patronat, des abandons de postes et des retournements de veste incarnés par le trio Hollande-Valls-Macron. Pourtant, on ne peut pas se contenter de dire « bien fait pour eux ». Ainsi, la perte à un siège de la majorité de gauche dans l'Allier privera ses habitants d'une gestion de progrès animée par un communiste. En revanche, le Val-de-Marne conservera un président communiste à la tête d'une majorité de gauche. Les prophètes médiatiques et les convoitises UMP sont déçus.
L'arrivée de la droite à la tête de 70 % des départements se traduira par une austérité aggravée. Déjà Nicolas Sarkozy annonçait hier soir que son parti mettrait fin aux « politiques d'assistanat », c'est-à-dire aux politiques de solidarité avec les plus démunis. Si le Front national n'a pas conquis un conseil départemental, son score est une mauvaise nouvelle pour la liberté, l'égalité et la fraternité. Tous les discours contre l'extrême droite resteront des discours politiciens, sans un changement de cap qui permette à la France de renouer avec le progrès social. Dans ce cas, il pourrait engranger bien plus qu'une cinquantaine d'élus.
Le signal est sans ambiguïté : si le pouvoir poursuit sa politique libérale, ses amis et le pays en paieront le prix fort. Sourd au message du premier tour, indi érent à l'abstention massive de l'électorat de gauche, Manuel Valls avait assuré hier soir qu'il accélérerait ses « réformes ». Ce serait précipiter le pays dans un cul-de-sac périlleux. Le premier ministre peut toujours regretter la dispersion de la gauche... il en est un des plus grands communs diviseurs.
Il est donc urgent pour les progressistes de mettre sur pied une alternative politique, rassembleuse, qui apparaisse comme une perspective possible à notre peuple, une issue de secours face aux appétits de retour de Nicolas Sarkozy et à la menace lepéniste. À gauche, il n'y a rien de plus nécessaire. Notre peuple en a besoin.

Appel à la Résistance par JLM

Publié le 30/03/2015 à 10:02 par andrenicolas Tags : Syriza pcf frontdegauche solidarité partagedesrichesses FrontPopulaire

S’adapter pour se sauver des eaux

Publié le 30/03/2015 à 09:44 par andrenicolas Tags : pcf frontdegauche solidarité partagedesrichesses frontpopulaire
S’adapter pour se sauver des eaux
S’adapter pour se sauver des eaux
Stéphane Guérard
Jeudi, 26 Mars, 2015
L'Humanité

Face à la montée des eaux, la France, qui représente le deuxième espace maritime au monde, devra réétudier toutes ses stratégies concernant le développement côtier.
Photo : Frank Perry/AFP
Un rapport rendu hier à Ségolène Royal ne laisse plus de doute sur la montée du niveau de la mer et ses effets sur les côtes françaises.

Une vague pour contrer la vague. Pour les spécialistes du climat, qui ont remis ce mercredi à Ségolène Royal leur rapport sur les «changements climatiques et le niveau de la mer», la question n’est plus de savoir si la France va faire face à la montée des eaux, mais plutôt comment le pays, qui présente le deuxième espace maritime au monde, doit s’adapter. Les maux (submersions, inondations, érosions, intrusion des eaux salées dans les nappes phréatiques, impacts sur les infrastructures côtières et portuaires), qui ne font plus de doute et vont empirer, appellent une prise de conscience et un nouveau mode de gestion de ces risques.

Les côtes françaises n’échappent pas au contexte global. La dilatation des eaux causée par le réchauffement, la fonte des glaciers et des calottes glacières, ainsi que le pompage dans les aquifères côtiers, ont provoqué une élévation du niveau moyen des mers de 18,7 cm entre 1901 et 2011 (+ 1,7mm/an). La tendance semble même s’emballer: +3,2mm/an de 1993 à 2014, soit + 6,7cm ces vingt dernières années. Ce n’est qu’un avant-goût des projections du Giec. L’horizon des mers en 2100 est élevé: + 26 à 55cm en cas de lutte résolue contre les rejets de gaz à effet de serre, sinon, + 45 à 82cm. La France est dans le même bateau que les autres, puisque 85% des côtes mondiales vont être touchées. Les littoraux d’outre-mer, qui se trouvent dans les zones où les niveaux moyens ont le plus augmenté, sont en première ligne. Les côtes de métropoles jouissent, elles, d’une hausse moins marquée en Atlantique Nord, liée à des conditions particulières. Mais les petits effets de l’élévation produisent déjà de grandes causes. «Quelques dizaines de millimètres de surcote au large ont provoqué une hausse de 10 mètres du niveau de l’eau dans le port de La Rochelle», révèle Gonéri Le Cozannet, du Bureau de recherches géologiques et minières. Une simulation à Palavas-les-Flots montre qu’une hausse de 35cm du niveau de la Méditerranée amènerait de l’eau salée jusqu’aux étangs derrière la station, avec inondation de certaines rues. Mais un mètre, et toute la cité balnéaire serait sous les eaux.

Des arbitrages qui s’annoncent cornéliens

Les conséquences de la montée du niveau des mers imposent de revoir les stratégies du développement côtier. Le bétonnage est toujours possible. Mais chaque mètre d’élévation des océans implique de rehausser les digues de deux à trois mètres. Et ces ouvrages présentent des effets pervers: ici l’engraissement d’une plage, mais là l’érosion d’une bande côtière. «Dans un premier temps, il faut anticiper le redimensionnement des infrastructures. Mais, dans certains endroits, la relocalisation vers l’intérieur des terres représente le dernier recours», explique Gonéri Le Cozannet. Cinq programmes de repli d’activités et d’urbanisation sont déjà à l’étude en France. Les arbitrages s’annoncent cornéliens. «L’ajout de défenses cotières se chiffrerait en centaines de millions d’euros. Mais relocaliser les 2700 bâtiments construits sous le niveau de la mer dans la Manche coûterait 2 milliards d’euros. Ceux du Calvados, 6milliards. Quant aux routes, c’est 4milliards de plus», estime l’élue régionale Muriel Jozeau-Marigné. Qui reprend: «Jusqu’en 2007, nous appelions notre stratégie littorale politique de défense contre la mer. Depuis, nous parlons de “gestion durable de la zone côtière”.»

http://www.humanite.fr/

 

La bio-inspiration du futur

Publié le 30/03/2015 à 08:27 par andrenicolas Tags : pcf frontdegauche solidarité partagedesrichesses frontpopulaire
La bio-inspiration du futur
La bio-inspiration du futur
Vendredi, 27 Mars, 2015
L'Humanité

Photo : Patrick Kovarik/AFP
La chronique philo de Cynthia Fleury. " S'inspirer de la nature pour penser de nouvelles façons de produire, de consommer, de soigner."

Que le futur se loge dans le passé – dans la mesure où bien connaître son histoire peut permettre de ne pas la répéter –, nous le savons. Que le futur se loge dans la nature, nous le redécouvrons, notamment avec le Centre européen d’excellence en biomimétisme (Ceebios), qui vient de s’inaugurer à Senlis. Dans le dernier numéro de la revue Vraiment durable (Victoires éditions-Comité 21, janvier?2015), Gilles Bœuf, président du Ceebios, revient sur cette intuition, déjà présente chez Léonard de Vinci (XVIe siècle) : «Prenez vos leçons dans la nature, c’est là qu’est notre futur.»

Plusieurs siècles plus tard, le biomimétisme (Benyus, 1997) étudie la nature sous toutes ses formes – animaux, plantes, écosystèmes, micro-organismes – pour en tirer des développements technologiques. L’enjeu : découvrir des matériaux, des procédés au service des sociétés humaines qui sont moins polluants, moins consommateurs d’énergie, recyclables,etc. Il ne s’agit donc plus d’exploiter la nature, mais de l’observer, de refaire lien avec les sciences de la vie et de la terre, pour comprendre son fonctionnement de façon intime et, dès lors, s’en inspirer pour penser de nouvelles façons de produire, de consommer, de soigner.

Gilles Bœuf préfère donc, quant à lui, le terme de bio-inspiration et la nécessité de reconnaître le potentiel immense d’ingénierie logé dans la nature ; à ce titre, un simple rappel : si nos avions volent depuis 150 ans, les oiseaux le font depuis près de 150 millions d’années. Par ailleurs, ce qui différencie le vivant de la machine, ce sont précisément ses incroyables résistance et résilience. «Ce vivant, écrit Bœuf, a traversé pas moins de 60 crises d’extinction des espèces, dont 5 crises majeures, au cours des 600 derniers millions d’années. La crise Permien-Trias (…) a vu l’extinction de près de 96% des espèces, tant dans l’océan que sur les continents.» Pourtant la vie a continué.....

http://www.humanite.fr/

trente mois de conflits et quelques « rodéos »

Publié le 30/03/2015 à 07:56 par andrenicolas Tags : syriza pcf frontdegauche solidarité partagedesrichesses frontpopulaire
trente mois de conflits et quelques « rodéos »
Le Parisien libéré : trente mois de conflits et quelques « rodéos »
ancien secrétaire du Syndicat général du Livre et de la communication écrite (CGT) Marc Norguez,
Vendredi, 27 Mars, 2015
L'Humanité

Paris, le 12 juin 1975 : Des syndicalistes de la CGT et de la CFDT défilent de République à Bastille pour soutenir les revendications des ouvriers du Livre et des travailleurs du Parisien Libéré.
Photo : Rue des Archives/Agip
En mai 1975, Émilien Amaury, patron duParisien libéré, liquide son imprimerie de la rue d’Enghien à Paris. Son but : se débarrasser des ouvriers du Livre CGT et d’un des acquis de la Libération. Il choisit l’affrontement. Les ouvriers, innovant et multipliant les formes de lutte, vont résister.

Le mardi 4?mars 1975, Émilien Amaury décide d’arrêter la production du Parisien libéré dans l’imprimerie de la rue d’Enghien. Il vient de lancer le conflit le plus long de la presse parisienne. Un conflit qui allait durer trente mois.

Au début des années soixante-dix, les éditeurs veulent clore le chapitre commencé à la Libération, qui a vu une classe ouvrière se structurer efficacement dans les imprimeries et obtenir des acquis qui leur sont devenus insupportables.

Dans la presse, les relations amicales entre les patrons issus de la Résistance et la CGT ont bien changé. Aux côtés d’Hachette, les représentants de poids du patronat ne sont plus des résistants, ni des hommes de dialogue et de progrès. Ils se nomment Robert Hersant, l’homme qui monte, et Émilien Amaury, surnommé Jupiter. Ils sont, ou vont très vite l’être, à la tête de véritables empires.

Émilien Amaury, patron du Parisien libéré, tiré à 700 000 exemplaires, prend l’initiative du conflit en prétendant construire sa nouvelle imprimerie sans ouvriers du Livre CGT et appliquer des conventions collectives inférieures à celles en vigueur. À toutes les tentatives de négociation de la partie ouvrière, il présente des propositions provocatrices pour rompre rapidement toute discussion et opte finalement pour le passage en force.....

http://www.humanite.fr/

 

Il faut rétablir la santé comme service public

Publié le 30/03/2015 à 07:50 par andrenicolas Tags : pcf frontdegauche solidarité partagedesrichesses FrontPopulaire
Il faut rétablir la santé comme service public
« Il faut rétablir la santé comme service public. Ça coûte moins cher ! »
ANNE-LAURE DE LAVAL de l'Humanité Dimanche
Vendredi, 27 Mars, 2015
Humanite.fr

 

 
La loi santé, énième version du désengagement de la Sécu ? Pour Philippe Batifoulier, économiste et auteur de « Capital santé » (1), il faut sortir des logiques libérales, coûteuses et délétères pour les patients.


HD. Pourquoi la loi santé cristalliset-elle tant de mécontentements, parfois opposés ?
Philippe Batifoulier.
Cette opposition est liée à l’histoire de la profession médicale.
Elle s’est construite autour d’une idéologie libérale: la santé relève de l’intime et l’État n’a pas à s’en mêler. Les médecins revendiquent des libertés d’installation, tarifaire et de prescription. Même ceux qui sont salariés ont ce fond de pensée. Cette médecine « à identité libérale » conteste le tiers payant. Si le patient ne fait plus de chèque à la fin, il devient visible que c’est l’assurance maladie qui paie. Ce symbole est considérable. Les médecins libéraux ont toujours refusé d’être assujettis à la Sécurité sociale. Ils acceptaient qu’elle rembourse les patients, mais à condition qu’eux restent libres de fixer les prix.
Le tarif conventionné, fixé par la Sécu, s’est imposé à tous les médecins en 1971. Mais en 1980 c’était fini: ils ont obtenu de rester dans le giron de la Sécu, tout en imposant des dépassements d’honoraires.

HD. Comment qualifieriez-vous la loi santé ?
P. B.
Cette loi mélange un peu tout. Elle contient des mesures de prévention contre le tabac ou l’obésité, et d’autres comme l’instauration du tiers payant.
Celui-ci existe déjà pour les plus pauvres et les affections longue durée (ALD). L’élargir est un progrès parce que cela évite des problèmes de trésorerie pour les patients. Quand on a 30 euros par jour pour vivre (seuil au-delà duquel on n’a aujourd’hui pas accès au tiers payant), avancer 23 euros pour la consultation empêche de manger. Mais c’est aussi de la poudre aux yeux: avec les franchises, les dépassements et les reculs de prise en charge, le prix payé par les patients n’est plus, pour beaucoup, celui fixé par la Sécu.
La loi ne s’attaque pas à ces urgences. Elle s’en prend aux généralistes qui sont les parents pauvres de la médecine libérale.
Et ce sans revaloriser leurs honoraires....

http://www.humanite.fr/

Scrutin à haut risque dans 1 pays meurtri par les inégalités

Publié le 30/03/2015 à 07:42 par andrenicolas Tags : pcf frontdegauche solidarité partagedesrichesses FrontPopulaire
Scrutin à haut risque dans 1 pays meurtri par les inégalités
Nigeria. Scrutin à haut risque dans un pays meurtri par les inégalités et les divisions
Rosa Moussaoui
Dimanche, 29 Mars, 2015
Humanite.fr

Photo: AFP
Avant même la clôture des urnes, hier, le All progressive congress de Muhammadu Buhari, principal concurrent de Goodluck Jonathan, a mis en cause la régularité du scrutin.
Visage en sueur, sous son fedora noir, Goodluck Jonathan a vainement tenté, samedi, de passer l’épreuve de l’identification biométrique pour voter dans son village natal d’Otuoke, dans le sud du pays. Peine perdue, il a du s’inscrire manuellement, exhortant les Nigérians à la « patience » face à la technologie défaillante déployée pour ces élections générales. La scène incarne à elle seule l’essoufflement du président sortant, qui affrontait le scrutin le plus incertain de la (courte) histoire démocratique du pays. Son Parti démocratique populaire (PDP), qui domine la vie politique nigériane depuis la chute de la dictature militaire en 1999, laisse un bilan alarmant, dans un pays divisé, miné par les inégalités, en proie, au nord-est, à une guerre qui, au nom de la lutte contre la secte islamiste Boko Haram, n’épargne pas les populations civiles.
Longtemps porté, par une croissance insolente tirée par la rente pétrolière, qui a fait du Nigeria la première économie d’Afrique et permis l’émergence d’une classe de consommateurs, Goodluck Jonathan pâtit du ralentissement lié à la chute des cours du pétrole. En six mois seulement, les revenus du pays ont chuté de 30% et la monnaie nigériane, le naïra, a perdu 20% de sa valeur. Une conjoncture difficile, propre à creuse la fracture moins religieuse que sociale entre le sud pétrolier et le nord dont les populations, majoritairement musulmanes, s’estiment lésées dans la répartition de la rente liée aux hydrocarbures. La fracture économique et sociale ne tient pourtant pas seulement à ces disparités régionales instrumentalisées par les acteurs politiques et religieux.....

http://www.humanite.fr/

La une de la Marseillaise

Publié le 30/03/2015 à 07:27 par andrenicolas Tags : frontpopulaire partagedesrichesses solidarité gauche de front podemos pcf syriza
La une de la Marseillaise

 

 

http://www.lamarseillaise.fr/


DERNIERS ARTICLES :
La une de l'humanité
http://www.humanite.fr/
Dan Mac Kaw painter
Reflets dans l'eau
La droite rafle un nombre historique de sièges
Départementales. La droite rafle un nombre historique de sièges Sébastien Crépel Dimanche, 29 Mars, 2015 L'Humanité Photo AFP La droite serait en mesure de diriger 66 à 7
Une réponse politique nouvelle à gauche, c'est l'urgence
Pierre Laurent :"Une réponse politique nouvelle à gauche, c'est désormais l'urgence" Dimanche, 29 Mars, 2015 Humanite.fr Dans un communiqué, Pierre Laurent appelle "tout
La énième déculottée électorale et rien ne change
La énième déculottée électorale et rien ne change, pire un satisfecit sur les résultats portant sur la croissance et le chômage. C'est un gouvernement coupable de cécité